Violences à Kankan : le patriarche, M’Bemba Madifing Kaba brise le silence  

0
217
M'Bemba Madifing Kaba, patriarche de Kankan

La ville de Kankan fait face à la montée de la violence depuis le lancement de la campagne électorale. Le dimanche, 04 septembre 2020, des militants du RPG arc-en-ciel à sa tête Moussa Djan Condé ont été accusés d’avoir attaqué certains militants de l’opposition, particulièrement l’UFDG. Dans une déclaration commune, le patriarche de la ville et l’inspecteur régional de la ligue islamique ont déploré les récents événements douloureux tout en appelant les uns et les autres à la retenue.

« Nos aïeux ont attribué le titre ‘’Nabaya ‘’ à Kankan, (ville d’hospitalité en malinké). Beaucoup de villages ont été créés bien avant Kankan mais, qui a très vite progressé en raison de la bienveillance qu’incarnent ses autochtones. Nous ne soutiendrons en aucun cas, les fauteurs de trouble qui s’en prennent aux personnes et à leurs biens. Que ceux qui se livrent à de tels pillages cessent dès maintenant », prévient-il.

Dès après l’attaque du cortège du Premier ministre Dr Ibrahima Kassory Fofana à Labé, certains responsables et militants du parti au pouvoir ont lancé des messages de vengeance pour que le leader de l’UFDG subisse le même sort une fois à Kankan. Mais, le patriarche de Kankan, M’Bemba Madifing Kaba reste opposé à toute idée de vengeance dans sa ville.

 « Nous ne soutiendrons pas non plus ceux-là qui sont animés d’un esprit de vengeance suite à ce qui s’est passé dans certaines villes de la Moyenne-Guinée. Nous sommes plutôt pour la paix et la prospérité de cette ville. Nous savons que seul Dieu donne la chefferie à qui il veut. Nous n’avons commissionné personne pour aller piller les biens des autres, ils doivent arrêter cela au plus vite » , a dit le responsable moral.

 A quelques jours des élections présidentielles, les acteurs de la société civile de Kankan s’activent sur le terrain pour sensibiliser les différents militants à la retenue.

Djétenin Siré Traoré