Violences à Kankan : la ville se vide, des départs massifs vers le Fouta

0
506

L’information courait depuis quelques heures. Après les violences électorales survenues dans la commune urbaine de Kankan, plusieurs citoyens originaires de la Moyenne Guinée présumés appartenir à l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) ont décidé de quitter la capitale de la Haute Guinée pour rejoindre leur région d’origine afin d’échapper à de nouvelles exactions. Dans la journée du mercredi, 14 octobre 2020, des véhicules ont été aperçus à la sortie de Kankan en train de charger ces citoyens qui n’ont plus envie de vivre dans cette partie de la Guinée.

Pendant près 48 heures, des scènes de violences parfois très horribles ont été enregistrées dans la ville de Kankan. Le bilan s’est soldé par des pillages, le vandalisme des biens privés et des blessés au nombre d’une trentaine. Sans abris et contraints de passer la nuit à belle étoile ou chez des voisins, plusieurs habitants victimes de ces violences sont en route pour Mamou, Labé, Dalaba et dans d’autres villes.

Elhadj Alpha Saliou Diallo, âgé d’une soixantaine d’années donne les raisons de son départ de la ville de Kankan malgré lui.

« Je fais déplacer ma famille pour les mettre à l’abri de nouvelles violences. D’ailleurs, je n’ai rien avec moi et pour quoi dois-je les garder ici ? A Mamou, ils sont plus en sécurité », a-t-il dit.

Plusieurs citoyens originaires de Kankan disent ne pas comprendre le silence des autorités et la notabilité de Kankan sur ces violences et surtout sur le déplacement des citoyens vers d’autres régions par peur de violences.

Djétenin Siré Traoré