Viol en Guinée : Les Amazones de la Presse Guinéenne favorables à la « castration chimique »  

0
707
Les Amazones de la Presse Guinéenne

Le nombre de cas de viol ne cesse de monter en flèche en Guinée, particulièrement dans la capitale Conakry. Malgré les sensibilisations et les efforts du gouvernement à travers l’OPROGEM (office de protection du genre, de l’enfance et mœurs) , des filles et femmes continuent à subir les affres de ce phénomène qui a encore la peau dure. Pour preuve, cette année seulement, du 17 février au 15 juillet 2020, il y a eu 28 cas de viol sur mineures dont 20 déférés devant les tribunaux de Mafanco, de Dixinn et de Coyah.

Au de-là de la dénonciation, Les Amazones de la Presse Guinéenne ont décidé de passer à la vitesse supérieure. Elles ont adressé le lundi, 05 octobre 2020 lors de la session ordinaire de l’Assemblée nationale, un mémorandum pour qu’une loi soit votée dans le seul but de sanctionner tous les coupables de viol.

Elles recommandent aux honorables députés entres autres : l’adoption de la castration chimique de tous les violeurs, que la prise en charge des premiers soins des victimes soit gratuite dans tous les centres hospitaliers de la République de Guinée, la construction d’un centre de réinsertion des victimes de viol etc.

Les Amazones de la Presse Guinéenne

Pour rappel, les Amazones de la Presse Guinéenne sont cinq femmes journalistes, web-féministes et activistes pour la défense des droits des femmes en République de Guinée. Elles sont connues sur les réseaux sociaux et sur le terrain à travers leur détermination à faire des reportages et à animer des émissions.

Siba Engagé

Tel : 626 50 44 68