Tribune : Les larmes du système éducatif Guinéen (Abdoulaye Konaté)

0
345

Il est indéniable que le véritable problème du système éducatif Guinéen résulte de l’engagement de la jeunesse qui au lieu d’adopter des comportements responsables et professionnels a opté pour la facilité et la cupidité.

De l’an 2000 à 2020, les jeunes enseignants avec toutes les lacunes pédagogiques et académiques que nous connaissons continuent à saper le système.

Au nombre des manquements, nous pouvons noter :

1- Des grèves irresponsables organisées pour ne pas réellement dispenser les cours tout en revendiquant les salaires

2- Pendant les examens, les jeunes surveillants se transforment en des candidats et font les examens à la place des vrais candidats

Où est la décence ?

3- La jeunesse enseignante sape le système et jette l’opprobre sur les autorités éducatives simplement parce qu’elle minimise sa forfaiture.

4- Les jeunes enseignants sont très complaisants dans les salles d’examen et les autres rôdent comme des renards autour des centres.

Alors, quel que soit la volonté des décideurs à faire évoluer le système, si les enseignants majoritairement jeunes, les responsables des structures déconcentrées, les parents d’élèves et les promoteurs d’écoles privés laissés libres de leurs actes ne sont pas prêts à adopter de bonnes attitudes et les accompagner, leurs efforts seront vains et le système continuera de s’enfoncer.

Aujourd’hui, le candidat Guinéen pense que tricher est un droit simplement parce que nous les avons montrés le mauvais chemin.

Puisse nos vieux enseignants formés pendant la révolution nous pardonnent car, nous les jeunes acteurs du système éducatif avons fauté et sommes en train de mettre en mal l’avenir de ce pays que nous prétendons Aimer.

Enfin, pour corriger le tir, il faudra :

1- Réviser entièrement le recrutement à la fonction publique en faveur du ministère de l’éducation. N’engager que les professionnels qui feront carrière et qui sont bien formés ;

2- Avoir l’audace de retirer du système des enseignants au niveau académique bas ;

3- Réviser entièrement les programmes d’études en les adoptant au réalités nationales et à l’évolution du monde actuel ;

4- Diversifier les filières ;

5- Éviter la sédentarisation des cadres dans les directions, instituts et établissements scolaires ;

5- Sanctionner sans complaisance tout cadre coupable d’un acte irresponsable mettant en mal le système ;

6- Revoir le système d’organisation des examens nationaux ;

7- Arrêter la surveillance du baccalauréat par les enseignants de l’élémentaire qui sont très complaisants dans les salles ;

NB: Il y’a aussi trop d’amateurisme dans le système éducatif Guinéen.

Puisse la bonne volonté animer chaque acteur du système éducatif Guinéen afin qu’ensemble nous hissions l’école Guinéenne au rang des meilleurs en Afrique et dans le monde.

Le Yèrèwolo