Révision exceptionnelle des listes électorales: faible affluence des citoyens devant les CAERL

0
205

Les opérations de recensement exceptionnel des listes électorales en vue des élections présidentielles du 18 octobres 2020 prennent fin ce lundi, 03 aout 2020. Dans les Commissions Administratives d’Etablissement et de Révision des Listes Electorales (CAERL), l’engouement a manqué chez les citoyens concernés par ce recensement.

La Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) s’active dans l’organisation des élections présidentielles du 18 octobre 2020. Depuis le 20 juillet dernier, elle a entamé un recensement exceptionnel d’une durée de 15 jours pour permettre à ceux qui viennent récemment d’avoir 18 ans et les fictifs du double scrutin (législatif et référendaire) de voter.

Mais sur le terrain, l’engouement n’était pas au rendez-vous dans les différentes commissions administratives d’établissement et de révision des listes électorales (CAERL).

Interrogé, Amara Touré commissaire chargé des élections au quartier Manquepas au compte de la Commission Electorale Communale Indépendante (CECI) de Kaloum a dressé le bilan de ces opérations de recensement exceptionnel.

«  Chez moi ici, je peux dire que le bilan est un peu regrettable dans le sens que les gens n’ont pas accordé beaucoup de considération par rapport à la chose. Il n’y a pas eu d’engouement depuis le début. La preuve en est que dans le quartier Manquepas,  nous devons au moins recenser plus de 8 mille et quelques personnes mais on n’a même pas pu faire 5% de cet effectif. Dans le travail, les agents n’ont pas rencontré de difficultés. Le regret est que nous constatons que les gens ne savent pas qui sont les concernés. Et, on se pose la question de savoir si les concernés eux-mêmes savent qu’ils sont concernés ? » s’est-il-interrogé.

Poursuivant, Amara Touré soutient que le manque de communication est à la base de cette faible affluence des citoyens. « Le Guinéen n’est pas largement informé sur ce qui le concerne ou ne le concerne pas. Souvent, ce sont des gens qui ont librement voté pendant le double scrutin qui viennent encore demander s’ils sont concernés par ce recensement. Et, les vrais concernés c’est-à-dire ceux qui viennent d’avoir 18 ans et ceux qui avaient été recalés lors des dernières élections ne viennent même pas », a-t-il fait savoir.

Pour sa part, Mamadou Thierno Barry président de la CAERL numéro 0423 de Boulbinet pense que la faible mobilisation des citoyens devant les CAERL est due à la situation sociopolitique mais aussi à la pandémie de Covid-19.

« Je peux vous rassurer qu’il n’y a pas eu assez d’engouement. Depuis le début jusqu’aujourd’hui, on pouvait enrôler au moins une trentaine de personnes par jour. Apparemment c’est à cause de la situation sociopolitique du pays et la pandémie du Coronavirus qui empêchent les gens de venir », a-t-il dit.

Siba Guilavogui

Tel : 620 21 39 77/ 662 73 05 31