Procès Foniké Menguè : « une procédure judiciaire n’est pas une course de vitesse », réagit maitre Salifou Béavogui

0
249

Le procès d’Oumar Sylla alias Foniké Menguè s’est poursuivi ce jeudi, 13 août 2020 au tribunal de première instance de Dixinn. Le responsable des actions et antennes du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) a reconnu l’enregistrement du CD placé sous scellé.

Poursuivi pour communication, divulgation de fausses informations et menaces, violences ou de mort par la mise à disposition d’autrui d’informations de nature à troubler la sécurité publique, Oumar Sylla alias Foniké Menguè était à nouveau à la barre du tribunal de première instance de Dixinn. Devant le juge Alphonse Charles Wright, le prévenu a reconnu sans ambages être l’auteur des propos tenus lors de son passage dans l’émission Les Grandes Gueules de la radio Espace FM.

« Ces propos viennent de moi et je reconnais avec honneur au nom du peuple de Guinée », a reconnu le prévenu.

Après cette phase, le collectif d’avocats a demandé au tribunal d’accorder la liberté à leur client qui a déjà passé quatre mois en détention préventive.

Mais comme on pouvait s’y attendre, le ministère public représenté par Sidy Souleymane N’Diaye s’est farouchement opposé à cette demande en affirmant que le prévenu constitue un risque sérieux pour la sécurité publique.

« Foniké Menguè n’est pas n’importe qui au sein du FNDC. Il constitue un grand risque pour la sécurité publique. C’est pourquoi je vous demande de rejeter cette demande de mise en liberté ».

Et finalement, le juge a renvoyé le procès au 20 août 2020 pour transcription du CD incriminé, continuation des débats, plaidoiries et réquisitions.

Devant la presse fortement mobilisée pour la couverture de ce procès tant attendu, maître Salifou Béavogui, un des conseils du prévenu a fait savoir que cette journée d’audience constitue une victoire pour la défense.

« Aujourd’hui, nous avons eu l’occasion d’écouter le CD incriminé. Dans le CD, il a été relevé que notre client n’a tenu aucun propos de nature à divulguer de fausses nouvelles ou d’inciter à la violence. C’est pour cette raison, je dis que c’est une victoire pour la défense parce que le dossier est en train d’être vidé de son contenu ; le dossier est en train de perdre tout le poids. Et, le tribunal aurait pu saisir cette occasion courageuse de remettre purement et simplement en liberté notre client. D’une part nous sommes déçus de la décision du juge mais d’autre part, nous sommes réconfortés parce qu’une procédure judiciaire n’est pas une course de vitesse mais c’est une course de fond », a-t-il indiqué.

Malgré une nouvelle demande de mise en liberté formulée par la défense, le prévenu est reparti à la maison centrale en attendant le 20 août 2020 pour la suite des débats, plaidoiries et réquisition.

Siba Guilavogui

Tel : 620 21 39 77/ 662 73 05 31