Présidentielles 2020 : Elhaj Mamadou Sylla prêt à aller mais pose des conditions

0
565

L’honorable Mamadou Sylla, chef de file de l’opposition guinéenne a été plébiscité candidat de l’Union Démocratique de Guinée (UDG) pour les élections présidentielles du 18 octobre 2020. L’annonce a été faite ce samedi, 15 aout 2020 au cours du congrès national du parti tenu au siège à Dixinn.

Mais, l’opposant conditionne sa participation par la transparence dont la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) doit faire preuve pour la tenue d’une élection transparente qui sera acceptée par tous.

Comme on pouvait s’y attendre, les responsables de l’Union Démocratique de Guinée (UDG) ont renouvelé leur confiance en Mamadou Sylla qui a été choisi président du parti pour les cinq prochaines années mais aussi candidat pour le scrutin présidentiel du 18 octobre 2020.

Dans son discours de circonstance, le nouveau chef de file de l’opposition guinéenne s’est dit satisfait de cette confiance placée en lui.

« Je suis très content de la confiance renouvelée. Ça fait que 15 ans maintenant que je suis à la tête du parti. Donc, c’est la troisième fois que la confiance est renouvelée par le parti », s’est réjoui Elhaj Mamadou Sylla.

Ayant pris acte du choix de son parti, l’opposant ne veut plus être victime d’une mascarade électorale. Le dépôt de sa candidature sera conditionné par le travail que fera la CENI pour le rassurer avant de s’engager.

« Je suis à la quatrième élection nationale si je participe à celle qui est en cours. Aujourd’hui, on ne connait rien des préparatifs au niveau de la CENI. Vous savez ce qui a fait que les autres ont boudé les élections législatives, c’était le problème du fichier. Ils ont fait une révision exceptionnelle de 15 jours seulement. Il y a beaucoup de lieux ici à Conakry où ils n’ont vu personne pour se faire enrôler. Aujourd’hui, comment on peut dire qu’on va partir sans condition pendant qu’on ne connait pas le nombre de Guinéens qui vont aux élections ? Il n’y a même pas de caution fixée, il y a beaucoup de préalables. C’est pourquoi j’ai dit, il faut que tout cela soit réglé avant que moi-même ne fasse le dépôt de candidature. Je ne veux pas aller accompagner les gens, aller comme ça on l’avait fait pendant le 22 mars. Je ne suis pas prêt à aller accompagner, être témoin seulement ou valider l’élection de quelqu’un pendant que ce sont des milliards que je vais sortir pour jeter à la fenêtre. Je ne suis pas prêt à faire ça parce que l’histoire est têtue. Déjà, certains disent que nous avons été aux élections législatives mais cette fois-ci, il faut que tout soit clair. Il n’y a pas de risque zéro dans chaque chose mais il faut que les problèmes soient réglés au moins à 98 % avant qu’on ne puisse aller», a tranché Mamadou Sylla.

Siba Guilavogui

Tel : 620 21 39 77/ 662 73 05 31