Présidentielle ivoirienne : ADO arrive largement en tête dans la région de Kankan

0
392
Alassane Ouattara

Les opérations de vote ont pris fin dans la soirée d’hier samedi 31 octobre à Kankan au compte de l’élection présidentielle ivoirienne dans l’unique bureau de vote qui était installé au groupe scolaire Kabada.

Dès après le comptage des voix, les chiffres sont largement en faveur du président sortant Alassane Dramane Ouattara.

Sur un total de 245 électeurs inscrits, 222 ivoiriens ont pu s’acquitter de leur devoir civique dans la région de Kankan.  Sans surprise, le candidat du RHDP s’est taillé la part du lion avec 192 voix obtenues.

Il est suivi par le candidat indépendant Kouakou Konan Bertin (KKB) qui a obtenu 5 voix et viennent enfin ceux du PDCI, Henri Konan Bédié et du FPI Pascal Affi N’Guessan qui ont obtenu respectivement 3 et 2 voix dans ce bureaux de vote.

A la fin de cette soirée électorale, la présidente du bureau de vote, Mme Jeanne Touré n’a pas manqué de nous livrer ses impressions.

« Tout s’est bien passé. Aucun incident n’est à déplorer. Les gens sont venus de tous les 4 coins de la région pour effectuer leur vote.

Ensuite après fermeture du bureau, à 18 heures, on a procédé au dépouillement et au comptage des voix sans problème.  Au finish, on a  rempli les procès-verbaux conformément aux dispositions  qui sont prévues »,a-t-elle confié avant de faire remarquer l’absence dans son bureau vote des représentants des différents candidats à l’exception de celui du président sortant.

« On avait dans notre bureau de vote seulement le représentant du RHDP. Les autres candidats, aucun n’avait un représentant ici. Ils étaient tous absents à part celui du RHDP », a-t-elle regretté.

Il faut rappeler que les deux opposants Henri Konan Bédié et Pascal Affi N’Guessan avait lancé un appel au boycott tout en appelant leurs militants à une désobéissance civile pour empêcher la tenue du vote.

Et, hier samedi, 31 octobre 2020, des scènes de violences ont été enregistrées dans plusieurs parties du pays où les matériels électoraux ont été incendiés et des bureaux de vote fermés par peur de représailles.

Djetenin Siré Traoré