Ouverture partielle des mosquées : « les arguments ne tiennent plus, nous voyons le RPG arc-en-ciel faire…  », dénonce Elhaj Mansour Fadiga

0
1021

Après plusieurs mois de fermeture prolongée des lieux de culte, le secrétariat général des affaires religieuses a annoncé hier vendredi, 28 aout 2020, la réouverture partielle des mosquées et églises. Une décision qui a suscité la colère d’Elhaj Mohamed Mansour Fadiga, imam ratib de la mosquée centrale de Nongo et membre du conseil islamique de Guinée.

Dans une interview qu’il a accordée à la rédaction de Nimbanews.org dans la journée de ce samedi, 29 août 2020, le religieux a mis les pieds dans le plat du gouvernement qui profite de cette pandémie pour faire des regroupements où sont foulées au sol les mesures barrières.

« Nous avons trouvé que la réouverture partielle des mosquées les vendredis et les dimanches pour les chrétiens est une décision insuffisante. Depuis maintenant à peu près cinq mois, l’état d’urgence a été décrété par le chef de l’Etat. Et vu la situation, cette décision a été accompagnée par nous tous les religieux. Mais aujourd’hui, les arguments ne tiennent plus du temps plus que nous avons vu depuis de deux mois maintenant, le RPG arc-en-ciel faire les conventions dans les sept régions et les mouvements de soutien qui se font devant nous tous les jours. Ils regroupent des centaines voire des milliers de personnes qui dansent, qui font tout. Pourquoi maintenant laisser les mosquées et églises fermées ? Pour quelle raison ? », s’est-il interrogé.

Poursuivant, Elhaj Mohamed Mansour Fadiga oblige les autorités du pays à ouvrir totalement les lieux de culte. « C’est une obligation pour le pouvoir de nous laisser prier. Nous voulons une ouverture générale et nous laisser la responsabilité de gérer nos mosquées. Et, nous faisons la demande à l’ANSS de nous permettre de sensibiliser les gens. Aujourd’hui, il n’y a pas un lieu de sensibilisation. Ce sont les mosquées et les églises seulement. Que le pouvoir central nous laisse adorer notre Dieu », a- t-il fait savoir.

En fin, le religieux soutient que les mesures barrières exigées par les autorités sanitaires peuvent être respectées dans les lieux de culte contrairement aux regroupements qui se font en longueur de journée.

« Vous trouverez les kits pour laver les mains avant d’accéder à la mosquée, nous on peut respecter. Mais, les mouvements politiques ne peuvent pas respecter ça. On voit tous les jours à la télévision nationale et dans les télévisions privées ce qui se passe », a- t-il dit.

Siba Guilavogui

Tel : 620 21 39 77/ 662 73 05 31