N’Zérékoré : Cellou Dalein Diallo tire à boulets rouges sur le régime Condé

0
434
Cellou Dalein Diallo, président UFDG

Le président de l’UFDG, Cellou Dalein Diallo a fait une grande mobilisation hier jeudi, 08 octobre 2020 dans la commune urbaine de N’Zérékoré.

En procédant au lancement officiel de sa campagne électorale dans la capitale de la région forestière, l’opposant au régime n’a pas raté l’occasion pour tirer à boulets rouges sur le pouvoir actuel.

De la sous-préfecture Koulé jusqu’a N’zerekore ville, les militants et sympathisants étaient massivement mobilisés pour un réserver accueil chaleureux à leur leader. On pouvait voir une marée humaine tout au long du trajet. Et, c’est aux environs de 16heures que Cellou Dalein Diallo et sa délégation ont regagné la place des martyrs pour tenir un meeting géant.

« Je suis le candidat de quarante partis politiques qui ont constitué une alliance. Ce sont eux qui ont décidé de ma candidature, j’ai le profond sentiment et la reconnaissance en vers vous les militants et sympathisants. Mes chers frères de N’Zérékoré, vous avez subis vous beaucoup de violences et de souffrances. La mascarade électorale du 22 mars, on a assassiné, tué les fils de cette région et enterré certains nuitamment dans des fosses communes ; jusqu’à présent l’État n’en parle pas parce qu’il est coupable. De nos jours, pour parcourir une distance de N’Zérékoré-Conakry, il faut faire trois jours. Vous savez ce qu’Alpha Condé a pu faire dans cette région. C’est le blocage des projets qui étaient déjà en activités tel que Simandou, Zogota et autres. Il a  tout arrêté, il ne s’est pas limité aux arrêts des projets mais il a envoyé ses milices pour tuer la pauvre population de Zogota et jusqu’à présent les proches ne savent pas les raisons. Pas d’emploi jeune, pleins de chômeurs, il y a beaucoup parmi vous qui sont des enseignants contractuels et qui vivent une situation précaire. Alpha Condé n’a pas de projets dans ce pays », a fustigé Cellou Dalein Diallo.

Et d’ajouter : « le pays est divisé, il ya eu trop de violences et il n’y a pas eu de réconciliation. Si je deviendrai le président de la République, je vais instaurer l’État de droit, je vais réconcilier les Guinéens. Je demanderai une semaine de prière pour pardonner à Dieu, je suis bien placé de le faire car, il faut qu’on sache la différence entre le mal et le bien », a-t-il promis.

En outre, l’ancien Premier ministre a fait d’autres promesses électorales comme la construction des écoles, infrastructures routières, la formation des jeunes, l’amélioration des conditions de vie des retraités, l’équipement et la dotation des agents de sécurité et le retour de Moussa Dadis Camara exilé à Ouagadougou.

Gilbert Yoma Neyo Tinguiano