Nouvel an : Le message de Dr Ibrahima Sakho, président du CPUG

0
584
Dr Ibrahima Sakho, président du CPUG

 

 

Guinéennes, guinéens, chers compatriotes, l’année 2020 a été marquée par la pandémie à covid -19 qui n’a hélas pas épargné notre pays. Avant de poursuivre, je voudrai m’incliner devant la mémoire de toutes celles et tous ceux qui y ont perdu leurs vies. En outre; c’est avec un cœur meurtri que je constate que notre pays est aujourd’hui une nation déchirée et appauvrie par une mauvaise gouvernance qui s’est engagée à utiliser des forces disproportionnées à travers les terreurs judiciaires et les opérations policières illégales pour intimider, arrêter et emprisonner arbitrairement des responsables politiques dans notre pays la Guinée.

En effet ; les enjeux démocratiques sont devenus synonymes de manipulation, de division et de haine ethnique organisées, encouragées et érigées par le pouvoir comme moyens de gouvernance.
Un pouvoir qui reste indifférent à la situation de précarité et d’extrême pauvreté de notre population.
Nous avons depuis une dizaine d’années, un système éducatif défaillant qui est une machine à fabriquer des chômages de masses, des hôpitaux mouroirs dans lesquels les soins sont pourtant payants, nos villes sont aujourd’hui des grands espaces d’insalubrité marquées par l’insécurité et le chaos, nos ressources minières et nos entreprises publiques sont quand à elles les propriétés des sociétés chinoises, russes et turques qui agissent comme bon leur semble sur notre territoire sans aucun contrôle de l’état.
Des projets comme ANAFIC, ANIES et autres qui sont sensés réduire notre misère sociale sont transformés en des sources d’enrichissements personnels des hauts fonctionnaires de l’état et des membres du gouvernement en toute impunité.
Tout ceci demontre que ceux qui nous gouvernent sont insensibles à nos souffrances car lorsqu’il y a un détournement de deniers publics de plus de 200 milliards de nos francs sans aucun impact economique positif pour notre population; les auteurs doivent être identifiés, condamnés, démis de leurs fonctions et ensuite un redressement financier exigé mais malheureusement dans notre pays la Guinée rien n’est fait.
Face à tous ces maux à la fois ignobles et inqualifiables orchestrés par ce pouvoir illégal contre notre peuple; il est vrai que nous avons des difficultés dans notre capacité à exprimer ensemble notre indignation et notre revolte à dire non à l’inacceptable.
Afin d’assurer et de garantir à notre jeunesse et aux générations futures un avenir radieux débarrassé de toute forme de corruption, de communautarisme et de privation de libertés; nous devons tous consentir à des sacrifices comme l’ont fait d’autres citoyens en Afrique, en Europe, en Amérique et en Asie; j’ai foi en le peuple de Guinée en tant que nation brave en mesure de résister à ce régime illégitime incapable d’apporter la moindre amélioration substantielle à nos conditions de vie.
Pour finir; je présente mes sincères condoléances à toutes les familles endeuillées par les violences politiques ; je souhaite de prompts rétablissements aux blessés et j’exprime egalemenr toute ma solidarité aux prisonniers politiques et les rassure par ailleurs que nous ne les oublions pas. Et enfin bonne et heureuse année 2021 à l’ensemble de mes concitoyens Guinéens où qu’ils se trouvent dans le monde.
Vive la paix
Vive l’unité nationale
Que Dieu bénisse et protège notre pays la Guinée.
Je vous remercie