Kankan : prime journalière à 20 milles francs guinéens, les agents des bureaux de vote boycottent leur formation

0
504

La formation des agents des bureaux de vote pour les élections présidentielles a été officiellement lancée ce mercredi, 14 octobre 2020 sur toute l’étendue du territoire national. Mais, dans la commune urbaine de Kankan, fief du parti au pouvoir, cette session de formation a été boycottée par les participants qui  trouvent les primes journalières « insignifiantes».

C’est dans l’enceinte de l’université de Kankan que ses formateurs ont exprimé leur ras-le-bol en présence du trésorier de la commission électorale préfectorale indépendante  CEPI de Kankan. Ils demandent et exigent une prime journalière qui s’élève à 50 milles francs guinéens au lieu de 20 milles francs guinéens.

«  Le matin nous sommes venus à l’université Julius Nyerere de Kankan, pour participer à la formation des agents des bureaux de vote. Au moment qu’on s’installait dans la salle, un membre de la CEPI est venu nous dire que la prime de la journée est de  20.000 Fg, chose qui n’a pas du tout été acceptée et nous avons commencé à vider la salle. Nous avons exigé qu’on nous paye à 50.000 fg à la place 20.000 Fg pour la journée.  Jusqu’à présent, nous n’avons trouvé aucune suite  favorable et c’est dans ce cadre nous avons boycotté cette formation », a indiqué Yaya Sidibé agent et secrétaire d’un bureau de vote.

Abondant dans le même sens, Ousmane Babou Keita, un autre agent de bureau a exprimé sa colère suite à la proposition d’une prime journalière qui s’élève à 20 milles francs guinéens.

« Par rapport à la situation de ce matin  à l’université de Kankan c’est très déplorable. Ce qui se passe actuellement n’est pas du tout bon. Les gens sont très remontés et c’est la tristesse totale. Si on ne paie pas les 50.000 FG, il n’y aura aucune formation sans la prise en compte de nos revendications par ce que, nous n’allons jamais accepter les 20.000 francs guinéens pour la journée » menace-t-il.

Présent sur les lieux, Sékou Mara, trésorier à la commission électorale préfectorale indépendante (CEPI) n’a pas accepté de se prêter à nos questions.

Djétenin Siré Traoré