Kankan : la coordination Haali Poular demande la levée des barrages à Mamou

0
1174
Depuis l’autoproclamation de Cellou Dalein Diallo, candidat de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) comme vainqueur de l’élection présidentielle du dimanche dernier, des scènes de violences sont enregistrées à travers le pays.

Ces violences ont donné naissance à l’érection des barrages dans plusieurs localités de Mamou par des citoyens, empêchant les usagers de la nationale Conakry-Kankan de circuler.

Ce vendredi, 23 octobre 2020, la coordination Haali Poular de Kankan, a, au cours d’un point de presse, appelé à la levée immédiate de ces barrages.

La situation du pays semble hors contrôle. Alors que Boureima Condé, ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation a réquisitionné l’armée pour le maintien d’ordre, les informations font état d’une présence de plusieurs barrages dans la préfecture de Mamou, érigés par des citoyens pour empêcher la circulation des usagers de la nationale Kankan-Conakry.

Amadou Bailo Diallo, président de la coordination «​ Foulbè Haali poular​ » demande la levée de ces barrages.

«​ On nous apprend que la route est barrée à Dogomet, Mamou, Timbo, Ballet et Saramoussaya. On a appelé les sages du Fouta pour leur dire que ce sont des malades qui sont sur la route et des personnes innocentes, donc, c’est regrettable qu’on leur bloque la route. Imaginez, si ces malades mourraient sur la route​ ? Nous avons demandé aux sages de dire aux jeunes de lever les barrages. Les violences n’arrangent personne​ », a-t-il fait savoir.

Ensuite, Amadou Baïlo Diallo a rappelé que la Guinée est un pays à quatre roues avant d’appeler à la paix et la quiétude sociale.

«​ On ne doit pas parler à un seul camp, il faut parler à tout le monde. Une seule personne ne peut pas développer ce pays. La Guinée est un pays à quatre roues, la Basse Guinée, la Moyenne Guinée, la Haute Guinée et la Guinée Forestière, donc, il ne peut jamais y avoir la paix, si c’est quatre régions ne se donnent pas la main. Nous devons nous donner la main, en mettant de côté nos considérations politiques et ethniques pour le bien de ce pays. D’une manière ou d’une autre, cette période de crise postélectorale va passe​r » a-t-il laissé entendre.

Selon les informations, le blocage de la route au niveau de la préfecture de Mamou, fait suite à plusieurs actes de vandalisme qu’ont subi plusieurs citoyens originaires de la Moyenne Guinée à Kankan avant, pendant et après l’élection présidentielle du 18 octobre dernier.

Djétenin Siré Traoré