Kankan : Epinglés pour vol de motos, six militants de l’UFDG s’engagent à rembourser

0
703

Ils sont au total (6) six personnes dont le responsable de la jeunesse de l’antenne locale du parti UFDG à Kankan qui sont détenues à la maison centrale de Kankan pour une affaire de vol de motos.

 Selon nos informations, les responsables de l’UFDG depuis Conakry ont envoyé des motos pendant la période de campagne destinées aux différentes sous préfectures de Kankan, Kouroussa et Kérouané. Mais, plusieurs d’entre elles ont été détournées et revendues par des responsables locaux du parti. 

La préfecture de Kankan devait recevoir 12 motos mais elle n’a obtenue que 09 (neuf), Kérouané devait avoir 08 (huit) mais ce sont 03 (trois) qui ont été remises et Kouroussa a eu ses 06 (six) motos qui étaient prévues.

Au total, ce sont 18 motos qui ont été distribuées aux bénéficiaires et les 08 (huit) autres ont été vendues par ses responsables locaux de l’UFDG dans le Nabaya.

Antoine Dogbo Guilavogui, secrétaire fédéral dudit parti apporte des précisions.

Antoine Dogbo Guilavogui, secrétaire fédéral de l’UFDG à Kankan

« C’est une réalité, il y a eu des jeunes détracteurs qui ont pris des motos de l’UFDG à l’occurrence 5 motos de Kérouané et 3 motos de Kankan sur les 26 motos qui ont été envoyées de Conakry pendant la campagne.  Sinon, Kouroussa avait déjà retiré toutes ses motos, les motos étaient destinées aux sous préfectures. Sur les 12 sous préfectures de Kankan, 09 étaient déjà rentrées en possession de leurs motos, les 03 autres qui sont restées, ils se sont accaparés de ça. Kérouané aussi devait avoir 8 motos mais ils n’ont retiré que 03 motos et il est resté 05 motos.

Donc au total, ils ont revendu 08 motos. Voilà pourquoi ils sont partis en prison, au lieu de servir le parti ils se sont servis du parti. Ils ont été transportés hier de la sureté au tribunal maintenant le tribunal les a foutus en prison à la maison centrale »​, a-t-il laissé précisé.

Ensuite, Antoine Dogbo Guilavogui ajoute que les mis en cause se sont portés garants à rembourser les 08 motos vendues. Raison pour laquelle ils ont été libérés.

« Parmi les mis en cause, il y a le premier responsable de la jeunesse, le responsable de la communication et son vice président. Ils ont dit qu’ils vont rembourser les motos d’ici le 16 décembre. Il y a eu un garant qui dit que d’ici le 16 décembre le tribunal rentrera en possession des 08 motos. Ils sont donc libérés cet après midi ».

Toutes nos tentatives pour avoir des détails auprès du substitut du procureur près le tribunal de première instance de Kankan sont restées vaines.

Djétenin Siré Traoré