Kankan : Des citoyens jugent inacceptable l’interdiction de la vente du carburant sur le marché noir 

0
418
Interdiction de la vente du carburant sur le marché noir

Dans un communiqué publié hier, mercredi, 04 novembre 2020, le ministère de la sécurité et de la protection civile a interdit la vente du carburant sur le marché noir sur toute l’étendue du territoire national.

Cette décision fait couler encre et salive dans la commune urbaine de Kankan.

Au lendemain de l’interdiction de la vente des produits pétroliers sur le marché noir, des voix se lèvent pour dénoncer cette décision qui n’est pas du goût de certains citoyens de Kankan interrogés.

Ibrahima Bah soutient que cette décision aura un impact sur les citoyens qui gagnaient leur pain grâce à cette activité.

 « On a interdit cette vente aux pauvres citoyens, parce que, si nous prenons aujourd’hui l’état du pays, on verra que ce n’est pas toutes les villes qui ont des stations à essence. Il faudrait qu’ils fassent la vente sur les marchés noirs, parce que si nous prenons les gens qui sont dans les villages, comment ils vont se procurer en carburant en dehors des marchés noirs ? » s’est-il interrogé.

Sans nul doute, l’interdiction de la vente du carburant sur le marché noir aura des conséquences sur de nombreux jeunes. Raison pour laquelle, Ibrahima Bah invite les autorités du pays à faire preuve de pitié envers pays à faire preuve de pitié envers ceux qui arrivent à joindre les bouts grâce à ce commerce.

 « L’appel que j’ai à l’endroit des autorités, elles n’ont cas avoir pitié de la population. Moi, je connais les gens ici dans le quartier, ils n’ont rien à faire si ce n’est pas revendre le carburant pour nourrir leur famille »

Pour sa part, Lanciné Bérété pense que le ministre de la sécurité doit revoir cette décision qui est loin de faire le bonheur des conducteurs de motos.

 « Le ministre doit un peu  revoir la situation, parce que ça serait difficile pour les personnes qui ont des motos. Nous savons que dans les stations, ils ne vendent pas les demis litres, sauf dans les marchés noirs, donc ça serait difficile pour elles », a fait savoir ce citoyen.

Mais sauf que sur le terrain, cette mesure est loin d’être appliquée dans la commune urbaine de Kankan.

Djétenin Siré Traoré