Interdiction de la vente du carburant sur le marché noir : Des citoyens de N’Zérékoré crient à une « décision politique »

0
277
Interdiction de la vente du carburant sur le marché noir en Guinée

Comme annoncé dans un précédent article, le gouvernement guinéen à travers le ministère de la sécurité et de la protection civile vient d’interdire la vente des produits pétroliers sur le marché noir. Une décision qui fait déjà grincer des dents dans la commune urbaine de N’Zérékoré.

A peine interdite, des citoyens interrogés dans la capitale de la Guinée Forestière désapprouvent cette décision du ministère de la sécurité et de la protection civile.

Mamadou Aliou Barry, vendeur de carburant au marché de la Scierie trouve que l’interdiction de la vente du carburant sur le marché politique est purement politique.

 « Ce que je connais, c’est sortir le matin pour venir vendre mon carburant et avoir mon intérêt. Sur chaque litre, on gagne 500 francs guinéens. Nous n’avons pas d’autre travail à faire si ce n’est pas la vente du carburant. C’est dans ce commerce que nous parvenons à prendre en charge la famille mais je trouve que cette décision est politique et pourtant je suis apolitique. Chaque matin, nous sommes là sans accuser personne, ce qui nous préoccupe c’est la recherche de la nourriture. J’ai une grande famille, si on interdit la vente de l’essence sur le marché noir c’est grave », s’est plaint.

Trouvé au bord de la route en attente d’un client, Moussa Camara conducteur de mototaxi soutient que cette interdiction est illégale. Il en a profité pour appeler le gouvernement à plus de responsabilité dans la prise des décisions.

« Ce n’est pas une bonne chose d’interdire la vente du carburant. Et, l’argument du gouvernement est que ce sont les détaillants qui vendent l’essence aux manifestants qui brûlent des pneus sur la voie publique et incendient les biens privés des gens. Je ne suis pas d’accord sinon, quelqu’un peut faire le plein de sa moto et garder à la maison pour l’utiliser le jour de manifestation. Ce que je demande au gouvernement, c’est d’être responsable en prenant certaine décision. Il doit lutter contre la pénurie de carburant et l’augmentation fantaisiste du prix », a-t-il lancé.

Interrogé sur la question, Yakouba Traoré, responsable régional des hydrocarbures se dit conscient des difficultés liées à l’interdiction de la vente du carburant sur le marché noir.

« On a appris par la voie de presse l’interdiction de la vente du carburant sur le marché noir. En Guinée forestière, nous avons des préfectures qui n’ont pas de stations à essence. C’est le cas de Yomou mais une loi en la matière prévoit des conditions d’approvisionnement. Donc, nous avons le droit de collaborer avec les grossistes pour pouvoir servir ces localités car, l’objectif des autorités est de servir la population guinéenne », a-t-il indiqué.

 Gilbert Yoma Neyo Tinguiano