Ibrahima Keïta : « Comment allons-nous reconnaître une victoire issue d’une institution dont nous ne reconnaissons pas ?

0
231

Rien n’est perdu, il faut juste mettre nos égos de côté et ensemble définir de nouvelles stratégies et rendre hommage aux martyrs.

Nous avons tout fait et conseillé ceux qui voulaient aller à cette élection présidentielle dont  le processus était  biaisé et que seulement la rue pourrait faire partir ce système. Ils ont refusé tous ces conseils et bons voilà les conséquences.

On fait semblant et nous continuons d’être aveugles.  Pourtant, il faut qu’on en parle, car en dehors des beaux discours rien n’était prévu.

Combien de morts et de dégâts matériels importants ?  Combien de personnes sont en prison ?   Ce sont ces même  personnes qui ont déclenché cette bataille et  demandé de surseoir tout pour aller vers  la Cour Constitutionnelle et ils demandent également à leurs militants de réclamer la victoire  par la voie  légale ! Pendant qu’on est en plein combat.

 Maintenant, on fait comment ? Voulez-vous qu’on fasse quoi ?

Certains demandent à ce que nous reconnaissons la victoire de Cellou Dalein Diallo. Croyez-vous que cela fera de CDD président de la République dans le contexte actuel ?

Je dis NON, passons de la parole à l’acte.

Donc, arrêtons de nous voiler la face et mentir au peuple.  Nous avons été clairs, nous ne reconnaissons aucune Constitution que celle de 2010, nous ne reconnaissons pas la candidature de monsieur ALPHA CONDÉ, nous sommes allés plus loin en disant publiquement qu’on ne reconnaît pas la CENI et la Cour Constitutionnelle…

Maintenant comment allons-nous reconnaître une victoire issue d’une institution dont nous ne reconnaissons pas publiquement ?

Je pense que certains sont en train remettre en cause la mémoire des martyrs pour ne pas dire qu’ils sont en train perdre la raison.

Vous êtes partis et vous avez vu la réalité accompagnée par des faits.  Donc, revenez à la maison pour qu’on puisse ensemble revoir les choses et mettre l’option idéale  en place.

Rien n’est tard et ce n’est pas le moment de la division ou de la diversion.  Le combat que nous menons doit être pour le peuple et NON pour nos intérêts personnels. Rien n’est perdu, il faut juste mettre nos égos de côté et ensemble définir de nouvelles stratégies et rendre hommage aux martyrs

IBRAHIMA KEITA membres du FNDC 

Secrétaire national de la jeunesse de l’UDRG chargée des affaires avec la société civile.