Guinée : Parlons nous clairement pour sauver ce pays 

0
71
À cogiter pendant plusieurs jours, j’ai fini par réaliser que l’alternance ou la démocratie n’est pas forcément synonyme de progrès ou de développement. Mais, un facteur de problèmes et de retard pour le pays.
Pour le développement durable du pays, il faudra une stabilité au sommet de l’État.
Pour cela, j’aimerais interpeller le Président de la République, le Professeur Alpha CONDÉ qui constitue l’un des derniers pour ne pas dire le dernier rampart pouvant baliser la vraie voie de développement de notre pays, la Guinée.
Pour cela, il faudra ces grandes lignes ci-dessous qui seront détaillées :
1- Reviser la Constitution ;
2- Définir l’âge maximal à ne point dépasser avant d’accéder au pouvoir ;
3- Definir l’âge minimal pour être candidat à l’élection présidentielle ;
4- Ne pas limiter le mandat présidentiel ;
LES DETAILS :
1- Revision de la Constitution
Le Président Alpha CONDÉ doit accepter de doter la Guinée d’une Constitution basée sur les réalités africaines et non nous doter d’une démocratie copiée sur le modèle occidentale ;
2- Définition de l’âge maximal pour accéder au pouvoir
Pour éviter que le Président de la République ne vienne <<fatigué>> au pouvoir, il fixer l’âge maximal à 65ans (si le candidat se présente pour la première fois. Par contre, l’homme déjà au pouvoir peut continuer).
 Tout candidat dépassant cet âge doit être purement et simplement recaler dans ses ambitions et voir sa candidature rejetée ;
3- Définition de l’âge minimal pour être candidat à l’élection présidentielle
Tout citoyen répondant aux critères d’éligibilité doit avoir au minimum 45ans pour conquérir au fauteuil présidentiel.
 En Afrique en général et en Guinée en particulier, cet âge dénote la vraie prise de responsabilité sur sa personne, son entourage et sa nation chez l’africain.
4- La Non limitation du mandat présidentiel
Un Président progressiste et patriote a besoin de la stabilité pour mettre en œuvre ses projets de développement.
 Ayons un regard rétrospectif sur le passé du continent et un œil sur le Rwanda, la Russie, l’Allemagne, la Chine et beaucoup d’autres pays dans le monde qui ont profité de la stabilité au sommet de l’État pour hisser au-devant de la scène internationale leurs grands acquis en terme d’émancipation.
QUE DIRE D’UN PRÉSIDENT DICTATEUR ?
Pour écarter un Président dictateur qui n’apporte pas grand-chose à son pays, les Institutions Républicaines doivent être dotées de vraies pouvoirs.
QUE DIRE DE L’ARMÉE ?
L’armée étant la grande muette, doit rester disciplinée et ne jamais envisager la prise du pouvoir. Elle doit être le garant de la paix et de la sécurité du territoire.
QUE DIRE DES AUTRES PARTIS POLITIQUES ?
Ils doivent continuer à exister et animer de façon très responsable la vie politique National.
Interdire à tout parti politique à relant ethnique de continuer à exister.
Appelez-moi simplement LE YÈRÈWOLO