Conakry : des conducteurs de mototaxis sensibilisés sur la non violences en période électorale

0
309

En cette période électorale, des scènes de violence ont été enregistrées dans plusieurs parties du pays. C’est dans ce cadre qu’une campagne de sensibilisation a été initiée à l’endroit des conducteurs de mototaxis et autres jeunes sur la non violence en période électorale à Conakry et à N’Zérékoré.

 C’est sous le thème « Sur ma moto, je roule pour la non violence » que des conducteurs de mototaxis des communes de Ratoma, Matam, Dixinn et Matoto ont été sensibilisés sur la non violence pendant cette échéance électorale que vit notre pays.

Interrogé, Charles Wini Goumou, responsable de projets à l’OIM Guinée a expliqué la portée de cette campagne de sensibilisation.

« Le projet de sensibilisation en direction des jeunes conducteurs de mototaxis est un projet initié par le gouvernement, financé par le fonds de consolidation de la paix et mis en œuvre techniquement sur le terrain par trois agences du système des nations unies notamment l’OIM, l’UNFPA et le PNUD. Ce projet vient à point nommé pour un peu apporter aux jeunes conducteurs de mototaxis un certain nombre de renforcement de capacités mais aussi les sensibiliser sur la non violence. Vous savez, en période électorale, la non violence est une attitude qui est importante à adopter par l’ensemble des acteurs du processus. Etant donné que les conducteurs de mototaxis sont des jeunes qui transportent tous les usagers et ils sont dynamiques en terme de mouvement, on a donc organisé cette sensibilisation sur la non violence à leur faveur pour qu’ils puissent observer la neutralité, se protéger eux-mêmes et protéger les usagers qu’ils transportent », a-t-indiqué.

Bénéficiaire de ce projet, Oumar Kadiatou Diallo, conducteur de mototaxi et responsable du syndicat dans la commune de Matam entend démultiplier la formation reçue à ses collègues.

« Quand nous quittons ici, nous regroupons les gens et on leur explique le contenu de la formation qu’on a reçue. Nous leur disons que si des gens viennent demander de faire campagne pour eux, de ne pas accepter parce que c’est formellement interdit chez nous. Nous ne faisons pas partie de la campagne électorale », soutient ce conducteur de mototaxi.

Siba Engagé

Tel : 626 50 44 68