Présidentielles 2020 : le mouvement 2AD écrit à Cellou Dalein Diallo

0
878

Le mouvement 2AD vient d’adresser une lettre au candidat de l’UFDG en l’occurrence Cellou Dalein Diallo. Cette lettre peint les difficultés et la nécessité d’une transition en Guinée. C’est dans ce contexte que sa porte parole a dépeint les motifs de cette lettre ouverte.

« Vous savez, nous nous sommes pour le respect des principes démocratique. Et donc, nous ne pouvons pas accepter un candidat à cette élection. Par ce que cette élection, les conditions ne sont pas réunies pour une transparence et son organisation ne nous convient pas. Nous, nous sommes pour des valeurs et principes qui sont consignés dans la transition. Par rapport à tout ce qui s’est passé, les tueries et le forcing du 22 mars, 2020, toutes ces conditions ne sont pas en faveur d’une crédibilité. Si on se présente à cette élection c’est comme si nous cautionnons tout ce qui s’est passé. Un candidat à cette élection nous ne pouvons que l’accompagner moralement et lui souhaiter bonne chance, mais nous ne sommes que dans l’esprit de la transition », a indiqué Marie Louise Kamano, porte-parole de l’Alliance pour l’Alternance Démocratique 2AD.

Ci-dessous la lettre

Monsieur le Président,

Veuillez, par la présente, recevoir nos salutations les plus distinguées, au nom de l’Alliance pour l’alternance démocratique (2AD), organisation apolitique, s’inscrivant dans le cadre des réformes institutionnelles pour l’instauration de la démocratie en Guinée, au travers d’un processus de transition démocratique.

Monsieur le Président, à l’instar des entités nationales et internationales, notre organisation a pris acte de votre candidature à l’élection présidentielle du 18 octobre prochain, à laquelle également souscrit la candidature illégale de Monsieur Alpha Condé.

Surpris de votre décision de ce faire, motivée par la sollicitation des militants de votre parti au dépend de la satisfaction de préalables légalisant le processus électoral, nous n’en respectons pas moins votre décision, malgré qu’elle ne s’inscrive dans l’idéal de lutte de notre organisation.

En effet Monsieur le Président, nous étions encouragés et confortés de votre posture exigeant, à juste titre, comme préalables à votre postulation menant à la magistrature suprême de notre pays, entre autre, la non candidature de Monsieur Alpha Condé, constitutionnellement interdit de briguer un troisième mandat, la refonte du fichier électoral souffrant des anomalies de non représentativité et de confiscation de la voix du peuple, l’abrogation de la Constitution de 2020 pour cause d’irrégularités, la réinstauration de la Constitution de 2010, victime du putsch référendaire du 20 mars dernier ainsi que la mise en place de la Haute Cour de Justice, dont la non existence est issue de la volonté manifeste qu’il en soit ainsi, de ses sujets de juridiction, parmi lesquels figurent Monsieur Alpha Condé et les membres de son gouvernement.

Monsieur le Président, maintenant que s’est ouvert le boulevard de l’illégalité donnant droit au non-respect des principes les plus élémentaires de la démocratie, s’il vous arrivait d’être victorieux de l’élection présidentielle à venir et de prendre le pouvoir, vous engageriez-vous à faire valoir à postériori, ce pour quoi vous avez abdiqué à priori?

En d’autres termes, le candidat que vous êtes aujourd’hui, peut-il sur la base d’un engagement solennel, assurer que lui, Président de la République et Chef de l’État, gouvernera de manière à satisfaire les intérêts supérieurs de notre Nation et de celles de la démocratie, incluant et non limités, la mise en place de processus ayant pour objectifs la réconciliation national, la refonte du fichier électoral basée sur un recensement intégral de l’ensemble de la population guinéenne, l’abrogation de la Constitution de 2020, la réinstauration de la Constitution de 2010 avec amendement(s) s’il y a lieu ainsi que la réforme de l’ensemble des institutions étatiques épurées des maux qui les gangrènent et font de nos systèmes d’administration et de justice, des systèmes de corruption, induisant à la mal gouvernance, lesquels nient les droits fondamentaux des citoyens, font de leur quotidien un cauchemar et tuent leur rêve de prospérité et de bien-être?

Monsieur le Président, Nous aimerions être rassurés sur ce qui précède afin que, dans le cadre du possible, vos aspirations à l’alternance et les nôtres à la transition, puissent converger à redonner à notre peuple sa Souveraineté, sa Dignité et son Honneur, qualités dont il a si longtemps été privé.

En vous souhaitant bonne suite,

Veuillez agréer, Monsieur le Président, nos sentiments les meilleurs.

Vive la Nation guinéenne!

Vive la Démocratie!

Vive le 2AD